La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin est actuellement fermé , il ouvrira ses portes à 09h00 09 71 27 41 08
logo Biocoop
Biocoop CHATTE/SAINT MARCELLIN

NUTE+ vs NUTELLA

NUTE+ vs NUTELLA

À partir du 07/07/2015

Biocoop Chatte
La société Ferrero a attaqué en justice une petite entreprise française d'Indre, Nuté+, pour «concurrence déloyale».
La société Ferrero a attaqué en justice une petite entreprise française d'Indre, Nuté+, pour «concurrence déloyale».

Entre le géant mondial Nutella et son concurrent français Nuté+, la bagarre redouble d'intensité. La petite entreprise de Mézières-en-Brenne, Noiseraie Productions, a été assignée en justice par le géant Ferrero pour «concurrence déloyale».

A l'origine du litige, le nom d'une des pâtes à tartiner commercialisées par la PME depuis 2010, Nuté+. Cette pâte à tartiner est l'équivalent de sa concurrente italienne Nutella, mais version agriculture biologique, et sans huile de palme. La gamme de prix est également très différente puisqu'un pot de 750g de Nuté+ coûte 13,30 euros contre 3,68 pour la même quantité de Nutella.

«Avec cette action, il s'agit d'éviter tout risque de confusion entre Nutella et une autre marque dans l'esprit des consommateurs.», réagit Ferrero. Une accusation que ne comprend pas François Rochet, PDG de Noiseraie productions, «Je suis sidéré!», s'étrangle-t-il, «Nuté+ est un produit bio, sans huile de palme, fabriqué en France et qui n'est pas vendu en grandes surfaces contrairement à Nutella.»
Quant au nom, la marque a été déposée en 2009 à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), comme une dizaine d'autres marques dont le nom commence par «Nut» qui signifie «noisette» en anglais.
« Cette assignation de Ferrero à notre encontre me paraît abusive. Pour moi il n'y a pas lieu de confondre les deux produits ». François Rochet, PDG de Noiseraie productions

Nuté+, produit bio, «made in France» et sans huile de palme
Reçue le mois dernier, l'assignation en justice par Ferrero est un coup dur pour l'entreprise de François Rochet, dont le chiffre d'affaires s'élevait à 2,8 millions d'euros l'an dernier. «Je suis très inquiet. Si l'on perd, les conséquences financières sur mon entreprise seront très fortes.» Car en plus de l'indemnité de 75.000 euros exigée par Ferrero, il faudra ajouter les coûts de destruction des produits Nuté+ déjà emballés et ceux engendrés par leur retrait des points de vente. De son côté, Ferrero justifie que «les marques à forte renommée et notoriété comme Nutella sont parfois amenées à entreprendre ce type de démarche pour défendre leur propriété intellectuelle.»

S'il est commercialisé dans plusieurs pays comme la Belgique, la France et les États-Unis, Nuté+ ne se vend que chez des distributeurs bio et est fabriqué de façon artisanale dans une petite unité de production d'Indre employant 10 personnes. Pas de quoi concurrencer donc, le géant mondial Ferrero qui produit chaque année 365.000 tonnes de sa pâte à tartiner et dont les Français sont les plus gros consommateurs.

Le conflit ne laisse pas indifférent les consommateurs.
Une pétition circule depuis quelques jours sur le site change.org pour que Nutella retire sa plainte. Elle a déjà raflé près de 84.000 soutiens à ce jours, sur un objectif de 150.000 signatures. Le jugement devrait être rendu par le Tribunal de grande instance de Paris dans un an. D'ici là, Nuté+ pourra continuer à être commercialisé sous le nom qui gêne tant son célèbre concurrent.
Retour